26e Championnat d’Afrique des Nations de Handball Junior Féminin: Un parcours en phase de poules au goût amer pour les jeunes béninoises

 

Au 26e Championnat d’Afrique des Nations de handball junior féminin (du 5 au 14 septembre 2019) à Niamey, la sélection béninoise junior filles a terminé sa phase de poules avec un bilan de trois défaites et une victoire, terminant à la quatrième position du groupe B avec 2 points devant le Niger. Une position qui lui permet de disputer encore deux matches, histoire d’aller chercher la 5e et 6e place au terme de la compétition. Mais en attendant cette seconde phase qui est le début d’une autre compétition, c’est le moment de faire le bilan sur le parcours de l’équipe béninoise jusqu’ici.

C’est peut-être la donnée la plus intéressante à retenir de cette phase de poules, la première participation du Bénin au championnat d’Afrique des Nations juniors filles de handball. Une occasion qui a permis aux seize jeunes filles sélectionnées de découvrir et de disputer la plus haute compétition de leur catégorie sur le continent. Un succès convaincant contre le Niger (40-20) et trois défaites respectivement contre la Tunisie (35-21), la RD Congo (29-24) et l’Algérie (36-30). «Si on avait abordé chaque match comme ce qu’on a disputé contre le Niger, on serait très joyeux. Malheureusement, nos petites erreurs nous ont coûté très chères», a lâché Dieudonné Houngbélagnon, le coach de la sélection béninoise.

*Bénin# RD Congo, le match du regret*

Après s’être inclinées lors de leur entrée en lice, jeudi 5 septembre face à la Tunisie, Kindo Houda et ses partenaires avaient eu toutes les possibilités pour s’imposer devant leurs homologues de la République Démocratique du Congo. Revenant au score deux fois de suite dans la rencontre (16-16, 38e min 13s et 20-20, 47e min de jeu) elles avaient eu des occasions pour passer devant. Mais le manque de réalisme qui reste le péché mignon de cette formation qui certainement grandira si le travail se poursuit, n’a pas permis de concrétiser leur rêve. Et très vite, les Béninoises ont été punies par le jeu rapide adverse sur leurs nombreuses pertes de balle. «Arrêtez de jeter les ballons !», implorait leur entraîneur lors des temps morts en vain. «L’équipe béninoise est difficile à jouer. N’eût été l’expérience de ma formation, on aurait passé à côté de la rencontre. Car, à un instant de la rencontre, elle nous a fait vraiment douté», a confié le coach de la RD Congo, Guy Alain Kanoha

Folakè, la meilleure de la sélection béninoise

Rien n’est encore perdu pour la sélection béninoise qui regorge en son sein des filles vraiment talentueuses. A l’image de Folakè Abdou qui techniquement est une joueuse qui a retenu l’attention des uns et des autres. De par son activité sur le terrain, déjà, qui l’a conduite naturellement à un rôle de chef d’orchestre, elle alterne entre tirs et passes. Et depuis le début de ce Championnat d’Afrique, Abdou Folakè de son petit nom «Fati» s’est distinguée de par son beau jeu et sa relation avec Kindo Houda constitue l’un des principaux poisons du jeu béninois sur attaques placées. «La sélection béninoise a beaucoup de potentialités. Il ne reste qu’à poursuivre le travail. Honnêtement, c’est une formation qui m’a plu et surtout le numéro 2 (Abdou Folakè) qui donne du fil à retordre à ces adversaires», a confié, Moez Ben Amor, sélectionneur de la Tunisie. «Elle est une véritable tour de contrôle», a, pour sa part, renchéri celui de l’Algérie, B. Mohand.

Damien TOLOMISSI

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
14 ⁄ 7 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

error: contenue protegé