Bénin : difficile de dialoguer avec des opposants radicaux, selon le porte-parole du gouvernement

Bénédicte BANKOL 

Des assises nationales et l’instauration d’un dialogue souhaités ou voulus par l’opposition ne sont pas du goût du gouvernement de Patrice Talon. Selon le porte-parole du gouvernement Alain Orounla “il n’y a pas de dialogue avec les terroristes”

Pas de satisfecit pour le camp politique opposé au régime du président Patrice Talon. En effet, plusieurs plateformes de l’opposition ont exigé des assises nationales et l’instauration d’un dialogue, suite aux violences préélectorales. Mais considérées comme “ennemis” ou “terroristes”, leurs demandes sont rejetées par le gouvernement. Cette exigence semble irrecevable de la part des dirigeants, informe bwtv.
Pour le porte-parole du gouvernement Alain Orounla ” il n’y a pas de dialogue avec des terroristes ; il n’y a pas de dialogue avec des ennemis de la république “. Puis il ajoute : « Quand ceux de nos compatriotes, qui sont aujourd’hui égarés, auraient pris le bon chemin comme avant eux, d’autre ont fait, en ce moment, le dialogue sera possible. Mais le gouvernement de Patrice Talon ne dialoguera pas avec les terroristes, avec les ennemis de la démocratie à qui cette démocratie et cet État de droit ont vocation à s’imposer »

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
9 + 22 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite