Bénin : Nuisance sonore, l’Etat sanctionne les auteurs, les régisseurs de son appelés ֞ DJ ’’ ne sont pas épargnés

Après l’effort, le réconfort dit-on. Pour ce faire, les weekends sont des jours de distraction, de retrouvailles et de fêtes dans la plupart des communautés, surtout au Bénin

Après une semaine chargée, certaines personnes choisissent les bars, les boîtes de nuit et les restaurants…, comme lieu de détente et de divertissement où noyer ses soucis et se déstresser. Mais pendant ce temps, d’autres préfèrent un weekend calme passé chez eux dans leurs domiciles, sans vouloir être gêné.

        Chaque boîte de nuit, restaurant, bar…, détient un régisseur son qui fait passer de la bonne musique pendant que les clients se divertissent. Cependant, pendant que les boissons coulent à flot, le volume de la musique est bloqué à fond et les cris s’entremêlent, les résidents lointains surtout ceux immédiats souffrent de ce bruit, qui d’ailleurs perturbe leur tranquillité et leur sommeil reposant. Ils en appellent donc aux forces de l’ordre qui, arrivée sur les lieux embarquent le régisseur et son matériel de service. Certains, étant très habiles, parvenaient à leur échapper et s’enfuient. Mais ils finissent toujours de ce fait, par se faire arrêter.

Pendant le weekend du 09 au 10 juillet 2022, deux régisseurs sons se sont fait arrêtés pour nuisance sonore dans le quartier Zogbadjè situé dans la commune de Abomey-Calavi ainsi que à Agori. Après avoir été présentés devant le procureur de la république de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi, ils ont été placés en détention provisoire en attente de leur procès qui aura lieu le 15 juillet 2022. Selon la loi nᵒ2022 04 du 16 février 2022 régissant l’hygiène publique en République du Bénin, toute utilisation abusive et intempestive des haut-parleurs, des avertisseurs sonores et toute utilisation de toute activité bruyante sont interdites dans les agglomérations de 13h à 15h et de 22h à 7h du matin. Toute désobéissance conduit son auteur à un emprisonnement d’un à 3 ans et à une amende fixée de 100.000 à 5.000.000 de FCFA ou de seulement l’une de ces peines en fonction de la gravité des faits qui leurs sont reprochés. Ainsi, ces régisseurs seront frappés par cette loi.

       Il est donc à noter qu’il est bien de fêter et d’écouter de la bonne musique en sirotant sa boisson mais, qu’il est aussi bien de régler le volume de cette musique à la bonne intensité car, la liberté des uns s’arrêtent où celle des autres commence.

Micelle Tindjilé

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
4 × 28 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite