Danse Africaine: le moutya intègre le patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO

Le moutya du seychelle, un style de danse héritée des esclaves africains, est inscrite depuis le 15 décembre 2021, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une adhésion validée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco).

 

«Cette reconnaissance de la danse culturelle des Seychelles est un accomplissement. Cela nous permettra en tant que peuple de conserver notre culture pour les prochaines générations qui continueront de la valoriser», s’est félicité David André, Secrétaire général seychellois de la Culture. L’Unesco, organe des Nations unies dédié à la promotion de la culture et de l’éducation, a annoncé l’inscription dans un tweet.

Le moutya a été introduit aux Seychelles par les esclaves africains arrivés avec les colons français au début du XVIIIe siècle. Cette danse a de nombreuses cousines dans l’Océan indien, avec le séga de l’île Maurice ou le maloya de l’île de La Réunion. Cette danse se pratiquait originellement autour d’un feu, au son de tambours en peau de chèvre, en secret, de nuit, dans la forêt loin des plantations.

Danse de résistance
Clandestin, le moutya était une danse de résistance, accompagnée de chants dans lesquels les esclaves exprimaient leurs souffrances, les difficultés de leur vie quotidienne, les privations et l’injustice. Ils utilisaient des instruments sommaires : tambours en peau de chèvre, noix de coco, triangles métalliques, marmites de cuisine et ustensiles… Les tambours, généralement au nombre de deux ou trois, sont le principal instrument du moutya.

Le rituel débute en faisant chauffer ces tambours au-dessus du feu. Une fois les tambours chauds, les musiciens donnent le rythme. Hommes et femmes se répondent en chants, puis entament une danse, généralement en couple, tout en jeux de hanches et de bassin. Les danseurs s’approchent, mais ne se touchent pas. Le haut du corps reste droit, tandis que les pieds battent le rythme. L’homme tient ses bras en position ouverte, écartés de chaque côté, pour “barrer” sa partenaire. La femme fait, elle, des mouvements avec sa jupe.

Identité nationale créole
Après l’indépendance des Seychelles en 1976, le moutya est promu par les autorités qui veulent forger une identité nationale créole aux Seychelles. Sa pratique devient plus officielle, l’improvisation du “moutya otentik” (moutya authentique en créole) laissant souvent la place au spectacle et à la mise en scène, y compris à destination des touristes de plus en plus nombreux dans l’archipel.

Les Seychelles avaient présenté un premier dossier pour le faire inscrire au patrimoine immatériel de l’Unesco en 2019, qui avait été recalé pour manque d’informations

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
21 − 10 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite