Guinée : Pourquoi tant d’agitation sur le stade GLC de Nongo ?

Depuis quelques jours, le Stade Général Lansana Conté de Nongo est l’objet de toutes les discussions. Et pour cause, un petit site internet qui en fait son sujet d’actualité de tous les jours. Situation qui malheureusement fait perdre le sommeil à ceux qui en sont légalement les gestionnaires.

 

Le Stade Général Lansana Conté est le chou gras qui fait la principale actualité depuis des jours sur ce media en ligne. Un simple organe de presse avec des personnages fantômes qui n’ont pas le courage de s’afficher avec leur propre identité est considéré comme un site pirate. Et pour en donner une définition, un site pirate existe dans le seul but de discréditer ou de publier des informations mensongères. C’est le cas actuellement du stade Général Lansana Conté de Nongo à Conakry. Pour savoir l’histoire de ce stade, nous nous référons à des moteurs de recherche visible par tous et qui donnent la vraie information. Wikipédia nous informe que : « Stade Général Lansana Conté de son ancienne appellation Stade de Nongo est un stade situé dans le quartier de Nongo à Ratoma dans la banlieue ouest de Conakry, en Guinée. C’est le plus grand stade de la Guinée avec une capacité de 50 000 places. Il a été conçu pour accueillir différents événements sportifs (football, athlétisme) et peut également abriter des concerts, des grands spectacles. Le projet de construction date de 2007, sa construction s’achève en 2011. »

Et plus loin, « Fruit de la coopération sino-guinéenne, le stade de Nongo est entièrement financé par la République populaire de Chine. Il est construit par la société de construction chinoise Shanghai Construction. Il a fallu attendre la signature d’un contrat entre l’État guinéen et le groupe GBM (Guinée Business Marketing) d’Antonio Souaré en 2017, pour que les travaux connaissent enfin leur fin ».

Une information livrée par des sites internet sérieux et crédibles.

Du contrat SAMGBM

Il existe donc un contrat entre la société SAMGBM et l’Etat guinéen. Contrat qui fait de la société, le gestionnaire de cette infrastructure et non le propriétaire. Le contrat est fait sur la base des accords entre les deux parties et chacune d’elle a des obligations. Sur cette base, il convient tout simplement de rappeler le lourd investissement fait par le groupe SAMGBM dans la rénovation de ce stade qui fait pourtant la fierté de toute une nation. Et bien entendu son exploitation devait permettre le retour sur investissement. Loin de revenir sur les termes de ce contrat, il faut juste noter que l’exploitation est actuellement dans les mains du groupe SAMGBM et cela, personne ne peut dire le contraire. C’est ce même stade qui a reçu une première homologation fin décembre 2020 avant que la Confédération Africaine de Football ne demande la poursuite des travaux afin de répondre convenablement aux normes internationales. Ce qui n’est pas un cas spécial pour la Guinée puisque c’est ce qui se fait partout dans les autres pays. Plutôt que d’encourager ce partenariat public privé qui fait le bonheur de toute une nation et aider avec des critiques objectives, ce sont de fausses informations qui sont publiées sur les travaux de rénovation. Aussi, un discrédit jeté sur la société qui exploite le stade GLC de Nongo. Ce qui constitue clairement un acharnement contre la personne de Mamadou Antonio Souaré, Président du Conseil d’Administration du Groupe SAMGBM.

Antonio Souaré continue de déranger

Finalement, il faut toujours trouver des sujets pour saboter tous les acquis de Mamadou Antonio Souaré dans le milieu sportif guinéen. En effet, que d’épisodes dans le feuilleton du football guinéen, ayant conduit au retrait de Mamadou Antonio Souaré de la course à la Fédération Guinéenne de Football. Même dans ses propres activités il continue de hanter les esprits de ceux qui, après avoir bénéficié de sa générosité le jettent aujourd’hui en pâture. Il faut toujours trouver un moyen pour effacer toutes les traces laissées dans le football guinéen par ce passionné Antonio Souaré. Après avoir tenté d’opposer son jeune frère Kerfalla Camara KPC dans la course à la fédération (heureusement que ce dernier a compris le piège), aujourd’hui, le même scénario se remet en place pour opposer à nouveau les deux plus grands mécènes du sport guinéen et aussi du milieu des affaires.

L’objectif visé est qu’il faut retirer la gestion du stade GLC de Nongo au groupe SAMGBM. Pour le remettre à qui ? La réponse se trouve dans la tête de ceux là qui sont à la base de ces articles mensongers et qui sèment le doute dans la tête de toute la population guinéenne oubliant tout simplement que le contrat lie SAMGBM à l’Etat guinéen et non à un régime. La même campagne de dénigrement est orchestrée sur le plan international où tout ce qui concerne Antonio Souaré est peint en noir. Un simple site internet pirate qui sème la zizanie dans le but de se faire un nom.

A Antonio Souaré et les siens d’apprendre eux aussi à « donner des coups » et non se laisser endormir et subir.

Christian ALLIKI

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
17 × 4 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite