LA POLYANDRIE DÉSORMAIS LÉGALISÉE EN AFRIQUE DU SUD PAR LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR

Les femmes,au même titre que les hommes,sont dorénavant,autorisées à s'unir à plusieurs hommes selon une nouvelle loi proposée

D’après le  livre vert sur le mariage, papiers de 67pages,la loi actuelle sur le mariage ne favorise pas l’égalité.

Ne reconnaissant pas les mariages musulmans, juifs, hindous et rastafaris,cette nouvelle loi est discriminatoire, indique le document politique.Ce même document, demande également la reconnaissance légale de la polyandrie comme forme de mariage.
Afin d’instaurer l’égalité dans les lois sur le mariage,le livre vert propose trois nouveaux régimes de mariage dont le régime de mariage non sexiste. cela permettrait de prendre en compte à la fois la polygynie et la polyandrie…Par conséquent, tous les mariages, qu’ils soient monogames ou polygames, pourraient être conclus indépendamment du sexe ou de l’orientation sexuelle de la personne, peut-on lire dans le document.
Le ministère semble favoriser l’option d’un régime de mariage non sexiste qui autorise à la fois la polygynie et la pilyandrie.A écrit le ministère.
L’appétit politique du pays pour affronter les défis de l’actuel statut de mariage sera testé à travers ces options.En revanche,si la section 9de la constitution devait être mise en œuvre dans son intégralité, l’option 3 cocherait toutes les cases
L’alternative de la polyandrie a suscité des polémiques et de révolte des chefs traditionnels de l’Afrique du Sud,attestant qu’une femme mariée à plus d’un homme est une pratique inacceptable car elle n’est pas d’origine africaine.
Ironiquement,les pratiquants de la polygamie… s’étaient contre la pratique de la polyandrie, n’est-ce pas ironique? C’est le début d’un discours public critique qui va redéfinir le concept de mariage en Afrique du Sud.Le processus mettra à jour des questions pouvant mettre certains d’entre nous mal à l’aise,mais qui font le dialogue au sein des communautés sud-africaine et internationale, poursuit le livre.
Les commentaires des sud-africains sur les propositions du ministère sont attendus jusqu’à fin juin.

Soumeya ABASSOU

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite