QUERELLE AU PALAIS DE LA MARINA PAR RAPPORT AU POSITIONNEMENT DES ŒUVRES D’ART À EXPOSITION

 

Comme convenu, l’exposition gratuite des trésors royaux restitués, a débuté ce dimanche 20 février 2022 à la présidence.L’exposition se déroule à bon train jusqu’à ce qu’une polémique est survenue suite au positionnement des œuvres.

En effet,les 26 oeuvres d’art restitués récemment par la France,sont exposés au public au palais de la Marina.Mais la cour royale de Dako Donou,s’est révolte contre une des œuvres exposé.
Le conseil royal contestant,dans un communiqué du 20 février 2022, la position donnée au roi Dako Donou sur l’œuvre, demande sa correction ou son retrait .
A en croire la cour, l’œuvre reprensentant les rois du danhomey accorde une place méprisable au <<souverain Dako Donou qui a conquis les guedevis,et les localités fondées houawé danxomè >>.La cour réclame donc la présence des attributs de son souverain et le statut de <<chef précurseur >>qui lui est accordé par l’œuvre intitulé “Roi et Reine du danxomè”.
Face à cela, Nestor Dako wegbé,porte parole de la cour royale de kpogbémabou,lance des interrogations : Qu’est-ce que recouvre vraiment ce terme ? L’usage qui en découle ? Si une relation de filiation peut-être modifiée en relation de précurseur ?? comment ce tableau nourrit-il des allégations divisionnistes ? Et à quand remonte il et quel ambition nourrit-il ??

On comprend que cette réaction de la cour royale est due au fait que le tableau en question faisant partie des 106 œuvres contemporaines en exposition,ne reconnaît leur histoire commune,remet en cause tous les fais historiques réels ,connus documentés et enseignés officiellement .Selon le rapport du quotidien Bénin intelligent
Dans plusieurs livres et œuvres historiques,il est noté que le souverain Dako Donou est le premier roi de danxomè .La cour ne pouvait donc que demander un retrait pur et simple ou au mieux à sa correction sans délai dans le sens des informations historiques et officielles disponibles à ce jour, en attendant les conclusions des comités scientifiques mis en place pour une réécriture de nos histoires nationales.

Soumeya ABASSOU

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
7 × 22 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite