CONFÉRENCE DE PRESSE: LE BMP RÉPOND AUX ATTAQUES DE LA MINORITÉ PARLEMENTAIRE

Ce lundi 1er octobre 2018 à Azalaï Hôtel de la plage de Cotonou, le Bloc de la Majorité Présidentielle a tenu une conférence de presse pour répondre aux différentes attaques de la minorité parlementaire et fustiger le fait que ceux-ci qualifient certaines lois votées par la représentation nationale de liberticides et mettant en danger la démocratie dans notre pays.

La conférence a démarré par des propos de Jean-Michel Abimbola, 1er Coordonnateur du BMP et renchérit par les députés Orden Alladatin, Rachidi Gbadamassi, André Okounlola, Boniface Yehouetomè et Patrice Nobimè. Les points abordés ont tourné autour des lois votées dans le cadre ds réformes engagées par le Chef de l’État, Patrice Talon.

Selon les conférenciers, depuis son élection, Patrice Talon s’attelle consciencieusement à mettre en œuvre ce qu’il a promis dans le Programme d’Action du Gouvernement, et surtout dans son projet de société lors de la campagne présidentielle. Et la représentation nationale n’a pas voulu rester en marge de cela. Consciente de l’utilité des réformes qui posent des bases solides de notre démocratie, le BMP s’est engagé à l’accompagner dans les différentes réformes afin de donner une chance au Bénin et aux béninois. C’est dans cette logique que la plupart des lois ont été votées dans cette législature.

Au total, 141 lois ont été votées par la 7eme législature jusqu’au 10 septembre dernier. À les entendre, toutes ces lois rentrent dans l’amélioration du cadre de vie et de la vie des compatriotes. Parmis ces lois, certaines ont été abordées par le BMP dont celle du CRIET, sur l’embauche, le licenciement dans la fonction publique, le code électorale, etc.

Pour les conférenciers, depuis le vote de la loi sur la corruption, il n’y a pas eu d’instrument juridique institutionnel pour accompagner cette volonté de moralisation de la vie publique. Le BMP et Patrice TALON ont estimé qu’il était temps d’avoir une lutte implacable contre l’impunité. D’où la CRIET va connaître des délits commis par les individus alors que la Haute Cour de Justice va connaître des cas spéciaux, à savoir, des personnalités qui ont exercé des fonctions dans le pays.

En ce qui concerne le nouveau code électorale, la prolifération des partis politiques a amené le BMP à voter cette loi pour mettre fin à cette pratique. Cela va conduire les fils et filles de ce pays à s’accepter se mettre ensemble pour former de véritables partis politiques et non des partis de quartiers, de régions, etc.

La loi sur le licenciement dans la fonction publique va fermer les portes à la mafia qui règne autour. Si quelqu’un est licencié, il sera dédommagé entre 03 et 09 mois et non comme cela se faisait avant avec des millions. Cela fera gagné le pays en argent.

D’autres dossiers plus ou moins sensibles ont été abordé. Et selon Rachidi Gbadamassi, << La démocratie, c’est la loi de la majorité. Le BMP utilise la majorité pour faire passer des lois. Aujourd’hui, ce qui ne circule pas comme argent, c’est l’argent sale, facile >>. Ce qui l’amène à affirmer que l’opposition est aux aboies, sans programme, sans une proposition.

Pour l’honorable Orden Alladatin, << ce qu’on nous reproche, c’est de n’avoir pas bloqué tout ce que je viens de vous indiquer >>. <<Les lois qui sont citées, combien ont été proposées par la minorité ? Il ne suffit pas de jeter la pierre lorsqu’on ne peut pas être des forces de proposition pour son pays>> a-t-il continué.

La conférence de presse a pris fin après des séries de questions réponses avec les journalistes. Il faut noter aussi que le BMP a promis contre attaquer chaque fois que la minorité lancera ces attaques.

Florentin DOSSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite