DAKPE SOSSOU DANS LE PETRIN

Cette fois-ci Patrice Talon ne pourra pas nier que la justice béninoise est sélective si son allié n’est pas inquiété

Les populations de la commune de Lokossa ont battu le macadam, hier mercredi 29 août 2018. Elles ont exigé que l’ex maire, Dakpè Sossou, puisse rendre compte de toutes les irrégularités dans lesquelles il est soupçonné lors de son séjour à la tête de la municipalité de la localité.

Les citoyens de Lokossa, par centaines, ont déambulé à travers les rues de la commune. A coups de slogans et chants de défiance, les populations de Lokossa ont donné de la voix pour se faire entendre.

En effet, selon celles-ci, l’ancien maire de la commune, Dakpè Sossou, a été auteur de nombreuses irrégularités lorsqu’il était locataire de l’hôtel de ville. Conscientes de ce qu’un député ne peut être poursuivi sans la levée de son immunité parlementaire, les populations de Lokossa ont lancé un cri de détresse aux autorités compétentes.

Du chef de l’Etat, Patrice Talon, au ministre de la Justice, Séverin Quenum, en passant par le procureur spécial de la Cour de répression des crimes économiques et du terrorisme (Criet), Ulrich Togbonon, les populations ont invité les personnalités compétentes à se saisir des nombreux dossiers dans lesquels le député Sossou est cité afin de rendre justice. «Nous sommes tous des fils de Lokossa et nous ne pouvons accepter que Dakpè Sossou puisse détourner nos deniers à des fins inavouées sans être en mesure de se faire inquiéter. Non, ce n’est pas possible», a martelé Jaurès Dossou.

Cette fois-ci, Patrice Talon ne pourra pas nier que la justice béninoise est sélective si son allié n’est pas inquiété

Le député Sossou est cité dans plusieurs affaires. Dans l’un de ces derniers, il a négocié le coût d’un engin agricole qu’il a acheté à 45.500.000 FCFA. Ensuite, il l’a déplacé depuis la capitale togolaise, Lomé. Mais curieusement, un reçu de 4.462.500 FCFA payé par mandat n°391 du 30 Juin 2009 a été délivré par la société ‘’SOCOTRA-BENIN’’ comme frais de déplacement de l’engin agricole. Pis, cet engin a été remplacé par un autre qui n’est pas agricole.

De même, Dakpè Sossou s’est servi des comptes de son auberge ‘’Sous l’iroko’’ pour pomper les caisses de la commune. Les preuves de ces crimes économiques existent.

Le président de la République, Patrice Talon, ne pourra plus nier que la justice est sélective si rien n’est fait. En effet, avec tous les crimes économiques accrochés au palmarès de Dakpè Sossou, on attend de voir la décision de Patrice Talon par rapport à ce dossier lié à l’ancien maire.

Par Christian AFFAME

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite