Economie au Bénin: en grande difficulté en 2016, les sociétés du Président Talon dominent aujourd’hui l’économie béninoise

En 2016 un homme d’affaires réussit à se faire élire Président de la République avec pour slogan ” je sais où trouver l’argent”. Surnommé Agbonnon, Patrice Talon a réussit à faire croire que sa fortune personnelle et ses relations économiques lui permettrait de développer le Bénin à pas de géants. Et pourtant, la question de la fortune de Patrice Talon se posait, l’homme d’affaires venait de passer 4 ans en exil, ses activités étaient à l’arrêt, ses créanciers multipliaient les pressions afin de recouvrir leur fonds. Aujourd’hui, tout ceci est de l’histoire ancienne, le Groupe Talon est le leader incontesté de l’Economie Béninoise, le premier employeur et le Groupe le plus bénéficiaire. Décryptage d’une trajectoire vertigineuse…

La situation du Groupe Talon avant les élections

Le Groupe Talon au Bénin regroupe plusieurs sociétés exerçant essentiellement dans trois domaines d’activités: le secteur cotonnier (SDI,SODECO,SHB), le secteur portuaire ( ATRAL, Bénin Control) et le secteur hôtelier ( hôtels du groupe Accord). La grande part des avantages dont dispose le Groupe Talon sont directement le fait de signature gouvernementale, ainsi l’activité de Atral au port d’Allada est issue de la volonté du Gouvernement de lui confier la gestion de tous les conteneurs en transit vers les pays de l’hinterland, le contrat de Bénin Control est signé par le gouvernement Béninois qui mandate cette société afin qu’elle établisse les valeurs de dédouanement des importations vers le Bénin, le Gouvernement est également celui qui a permis à Patrice Talon de contrôler la gestion de la SODECO malgré le fait que ses parts ne représentent que 44%, c’est également le gouvernement qui a accordé un quasi monopole à Patrice Talon dans la fourniture des intrants aux producteurs de coton.
Soyons réalistes, sans la politique, l’empire Talon n’existe pas surtout quand on sait que ce sont les bénéfices faits dans le coton qui lui ont permis d’investir plus tard dans des hôtels. Cet empire économique a été clairement mis à mal par les mauvaises relations entre l’homme d’affaires et son ancien ami le Président Yayi Boni. L’hommes d’affaires a non seulement du fuir à Paris, mais il a surtout perdu ses contrats (ATRAL et Benin Control) mais aussi ses avantages sur le coton et les intrants, de plus l’Etat qui est actionnaire dans la SODECO a décidé de reprendre le contrôle de la structure qui regroupe la majorité des usines d’égrenage du Bénin. Une situation chaotique ayant pour conséquence des pressions bancaires et de ses partenaires, auquel il faut ajouter les frais d’avocats afin d’éviter son extradition vers le Bénin ou encore dans les procédures lancés contre lui et celles lancées contre le gouvernement béninois. Pendant 4 années Patrice Talon n’a quasiment pas fait d’affaires, les intérêts bancaires se sont accumulés et pire encore il a dépensé des milliards afin de déstabiliser le Régime Yayi, devenu la télécommande qui oriente l’opposition à Yayi Boni, l’homme d’affaires a mis une bonne part de ses économies dans un pari risqué. Imaginez ce qu’un homme doit dépenser pour affronter les moyens de l’Etat et vous aurez une idée de ce qu’il a du faire. C’est donc un Patrice Talon épuisé autant psychologiquement que financièrement qui réussit à s’installer au palais de la Marina. C’est probablement cela qui explique qu’il ait fait payer 30 milliards à ses sociétés après seulement une semaine à la tête du pays et cela sans un audit préalable. Il ne pouvait pas attendre la situation était trop pressante.

2018: Agbonon est enfin devenu Agbonon

En 2 ans de pouvoir, Patrice Talon, Président de la République a réussit à redresser et même faire croître la situation économique de son Empire. Si comme il le dit il a effectivement cédé ses parts dans son empire, l’Empire Talon reste l’Empire Talon étant donné que ses enfants en sont les héritiers. Ainsi la société Atral a récupéré son contrat au Port Sec d’Allada, Bénin Control exerce de nouveau avec un mandat étendu sur l’ensemble du territoire national et avec des pouvoirs nouveaux, Le Groupe SDI contrôle de nouveau la SODECO et a même réussit à récupérer l’usine du concurrent Martin Rodriguez adversaire de Talon depuis 20 ans, la SODECO livre quasi exclusivement les intrants du Bénin et enfin, Patrice Talon a pu définitivement enterrer les intérêts de Martin Rodriguez au Bénin en lui retirant son contrat de gestion de l’hôtel Benin Marina, hôtel qui a été confié à l’hôtel Sofitel du groupe … Accor. L’ensemble de ces décisions ont été prises sans audit et sans appels d’offres
Par ailleurs nous avons décidé de nous concentrer exclusivement sur le Groupe Talon, mais il faut noter que des décisions équivalentes ont été prises afin de bâtir un empire à son ami et fidèle partenaire Olivier Boco, dont le groupe s’est bâti avec des contrats à l’aéroport de Cotonou  par exemple.

Une grande guerre des intérêts en vue, pour quelle fin pour le Bénin?

Comme vous pouvez le constater les intérêts qui entourent le Président de la République se chiffrent en milliards de FCFA que ce soit ses intérêts comme ceux de ses proches. Patrice Talon par le biais de son pouvoir de Président a propulsé ses héritiers dans une nouvelle ère, jamais l’empire Talon n’a été aussi confortablement assis sur le trône Béninois. Les élections approchant, c’est l’ensemble de cet empire qui est menacé, l’opposition semble déterminé à proposer un autre projet aux béninois, tandis que les colères de la population se multiplient chaque jours. Tout ceci est inquiétant quand on sait que dans des pays voisins certains sont prêts à tuer pour ce genre d’avantages et de position. Les béninois ont toujours su éviter les confrontations physiques et j’ai la conviction qu’il en sera toujours ainsi. Mais la tension et les invectives politiques vont se multiplier, le Groupe Talon va user des moyens à sa disposition pour préserver ses positions  et cela au détriment de la démocratie mais surtout au détriment du bien être de la population. Car et c’est bien le drame, si Patrice Talon et son entourage s’enrichissent bon nombre de béninois eux s’appauvrissent. Que chaque béninois se pose la question suivante: suis je plus riche ou moins riche qu’il y a deux ans ? Si Patrice Talon devait se poser la question il dirait clairement qu’il est bien plus riche qu’il ne l’était en 2016
Gare  à la colère de ce peuple qui punira un jour tous ces hommes et ces femmes qui s’enrichissent grâce au pouvoir du peuple en pensant qu’ils pourront se goinfrer indéfiniment pendant que les pauvres n’ont même pas de quoi manger….

Luc Mensah Chroniqueur Politique

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
29 − 9 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite