Gestion du foncier au bénin : N’dali fait office de bon élève dans le respect du code foncier et le maire se félicite.

Au benin depuis la modification du code foncier et domanial, la commune de n’dali est la seule à l’heure actuelle à avoir délivré des attestations de détention coutumière (ADC). Et ceci grâce au sérieux qu’affiche la commission des affaires foncières et domaniales de la cité des Bona kéri et le leadership du maire Gaston YOROU. Au total, sept ADC ont été délivrées grâce aux résultats concluants des enquêtes publiques et contradictoires menées au niveau des sections villageoises des lieux d’implantation des parcelles. « je reppelle que l’attestationde détention coutumière (ADC) est l’acte de naissance de votre parcelle donc une nécessité pour tout propriétaire de parcelle. Toutes fois, il peut être attaquer à tout moment pour faute de crédibilité et à N’Dali nous faisons de notre possible pour que la crédibilité soit de mise avant toute délivrance d’ADC. Une fois obtenir, j’insiste que le propriétaire aille faire son titre foncier afin de mieux sécuriser son parcelle. » a souligné Gaston YOROU dans une interview à nous accorder. Plus loin l’autorité rappelle aux uns et aux autres que d’ici fin octobre les l’opérations de lotissement seront lancées car les procédures d’installation des commission d’arrondissement, pouvant conduire et suivre efficacement et dans la transparence les lotissements, sont entrain d’être installer et bientôt l’opération démarrera de plus belle manière.

Toujours dans la quette de mieux régler les conflits fonciers et domaniaux, le maire de N’Dali et son homologue de Bembérékè ont assisté du 23 septembre au 29 à une formation initiée par la GIZ sur le thème : «  Comprendre, prévenir et résoudre les conflits fonciers en Afrique. Ladite formation a été organsé au burkina faso et a réuni 27 cadres parmi lesquels il y a des élus et cadres béninois, malgaches et burkinabè, porte sur les types de conflits fonciers et domaniaux, les démarches de résolution de ces conflits et la gestion des conflits d’intérêt qui opposent fréquemment en Afrique les paysans aux éleveurs. De cette formation, il est conseillé aux élus et cadres la résolution à l’amiable conduite par l’autorité communale ou un médiateur ou un chef traditionnel ou un sage selon la volonté des deux parties en conflit. Dans tous les cas, un procès verbal de l’accord ou non accord de cette tentative de résolution du conflit foncier et domanial doit être rédigé par le conciliateur et sera adressé au maire pour que ce dernier l’affirme conformément à l’article 518 de la loi 2001-15 du 10 Août 2018 modifiant et complétant la même loi du 10 Août 2017 du code foncier en république du bénin. A l’issue de cette formation Gaston YOROU se félicite et remercie son conseil pour l’avoir autorisé à participer à cette formation qui le permettra une fois de plus d’épauler en toute efficacité et en toute credibité la commission des affaires foncieres et domaniales de sa commune pour le bonheur de leurs mandants.

Borgou : Alfred ADJOMAGBOSSOU

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
27 ⁄ 9 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite