Feguifoot : Le football guinéen à la croisée des chemins

Le feuilleton de l’élection du Comité Exécutif de la Fédération Guinéenne de Football continue avec de nouveaux épisodes. A quelques heures de la tenue de l’Assemblée Générale ordinaire, un courrier de la Fifa vient ordonner un arrêt du processus électoral. Une véritable impasse dont personne ne connait l’issue.

 

Quel avenir pour le football guinéen avec les différentes séries du film dont le principal sujet est le renouvellement des membres du comité exécutif ?. Prévu pour se tenir depuis le 30 Avril, reportée une première fois pour le 14 mai et une seconde fois pour le 18 mai, cette assemblée générale ordinaire élective a connu assez de rebondissements et tous les acteurs sont actuellement loin de connaitre la fin de ce film. Et pour cause, à la veille de cette date du 18 mai, c’est un courrier de la Fifa qui vient arrêter le processus électoral. Un passage en revue de cette histoire mérite d’être fait afin de mieux comprendre l’origine, les tenants et aboutissants et surtout les conséquences pour le football guinéen qui se retrouve à la croisée des chemins sans savoir lesquels empruntés pour réussir.

Un feuilleton bien monté

Fin Février 2021, Mamadou Antonio Souaré, élu le 28 Février 2017 vient de boucler ces quatre premières années à la tête du Comité exécutif de la Fédération Guinéenne de Football. 4 tumultueuses années est-on tenté de dire puisque la tâche ne lui avait pas été facile, partagé entre la vengeance de ceux qui avaient perdu les rênes de la fédération et un entourage sur lequel il avait malheureusement confiance sans aucun contrôle. Conséquence, des erreurs récupérées par les adversaires prêts à les utiliser pour pourrir la vie de Mamadou Antonio Souaré, s’il sollicitait un nouveau mandat.

La machine a été donc mise en branle pour lui barrer la route. Pendant que ce dernier cherche à continuer la dynamique, il se retrouve dans un labyrinthe pensant trouver la porte de sortie chez l’un ou l’autre des mêmes acteurs qui partageaient avec lui son quotidien. Malheureusement il découvre le vrai visage de tous ceux avec qui il pensait construire un véritable empire pour le football guinéen. Et plus encore une instance internationale dans un jeu dangereux qui se retourne contre elle aujourd’hui.

Un imbroglio total

Dans une précédente publication, nous rappelions que le seul interlocuteur de la Fédération Internationale de Football Association (Fifa) en Guinée reste la Fédération Guinéenne de Football (Fgf). Mais quand cette même instance internationale s’appuie sur des courriers envoyés par des acteurs écartés pour mauvaise gestion pour semer le doute dans la famille du football guinéen, elle ne peut qu’en prendre à elle-même. Tout est parti du courrier en date du 17 avril adressé par la Fifa au Secrétaire Général de la Féguifoot. Le contenu connu de tous se baserait sur des « correspondances envoyées à la Fifa par des membres et affiliés de la Fgf en relation avec la probable candidature de Mr Mamadou Antonio Souaré au poste de président… ». Après ce courrier, que d’interprétations, chacun selon son intérêt. Divers rebondissements ont eu lieu dont le plus dangereux serait l’entretien téléphonique du Secrétaire Générale de la Fifa, Mme Fatma Samoura avec le Président Alpha Condé sur la sanction que courait la Guinée en cas de maintien voire de l’élection de Mamadou Antonio Souaré. Sa candidature souffrirait d’une irrégularité.

Une première La Fifa à travers sa secrétaire générale qui appelle les chefs d’Etats africains pour donner des injonctions en ce qui concerne les associations nationales ?. Tout est mis en œuvre pour pousser Antonio Souaré à se retirer de la course.

Un autre épisode du feuilleton apparait avec Antonio Souaré qui se retire, la porte est grandement ouverte et tout le monde se bouscule pour se positionner. Il faut alors solliciter les membres statutaires, seuls habiletés à élire les membres du comité exécutif. Dans un désordre total, le processus électoral est relancé en violation des dispositions prévues par les textes, et une assemblée générale élective est prévue pour se tenir ce 18 mai. Et comme il fallait s’y attendre, la Fifa se retrouve encore dans son rôle de gendarme demandant l’arrêt du processus électoral oubliant certainement qu’elle est à l’origine de ce véritable imbroglio et surtout ne maitrisant pas les réalités du football guinéen. L’Etat guinéen a aussi été maladroitement associé à toute cette forfaiture où des rencontres auraient eu lieu au haut sommet de pour décider de la conduite à tenir. Ce qui n’a pas été du goût de certains acteurs qui y voyaient l’ingérence de l’Etat dans les affaires du football. Ce que ne cautionnerait pas cette même Fifa sous d’autres cieux. Et à l’étape actuelle, c’est Mamadou Antonio Souaré qui se frottera les mains dans son nouveau rôle d’observateur.

Antonio Souaré, le nouvel observateur

A quelque chose malheur est bon dit-on. Tout ce cirque organisé dans le but de déstabiliser Mamadou Antonio Souaré est aujourd’hui à une étape confuse. Même si le Président sortant de la Féguifoot a été victime de sa propre générosité et de sa folle passion pour le football et en attendant de tirer les grandes leçons qui s’imposent à lui, il est désormais dans un rôle d’observateur. Confortablement assis, il va observer la suite de ce film inédit qui ne devrait plus en fait être tourné avec le football guinéen vu les nombreuses avancées ces dernières années. Mamadou Antonio Souaré continuera certes à donner sa vie pour le football mais ne sera plus au devant de la scène. Une manière pour lui-même de rester à la touche et de voir les endroits où lui et son équipe avaient péché dans leur gestion surtout que les mêmes personnes qui étaient avec lui continueront de roder autour des nouveaux membres élus. Aucune œuvre humaine n’étant parfaite, il prendra aussi ce moment pour mieux organiser son environnement, lui qui a compris qu’il était assis sur des « œufs pourris » et qu’il lui faut désormais mieux se préparer et affronter tout ce qui se dressera sur son chemin. L’objectif d’écarter Mamadou Antonio Souaré étant désormais atteint, le parcours devient de plus en plus difficile pour ceux qui sont les instigateurs de la cabale ce qui met malheureusement le football guinéen sur un chemin difficile et sans issue.

Christian ALLIKI

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
8 × 21 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite