JIF 2020 *L’HOMMAGE DE CLÉMENT EBO HOUINOU À LA FEMME FONCTIONNAIRE PARLEMENTAIRE

Ce dimanche 08 mars 2020, à la salle des fêtes de « Ifè Palace » à Cotonou, les femmes fonctionnaires parlementaires ont eu droit à l’adresse de Clément Ebo Houinou, secrétaire général administratif adjoint de l’Assemblée nationale à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Dans cette adresse, le représentant du SGA de l’Assemblée nationale a également honoré toutes les catégories de femmes. Lire l’intégralité de son adresse.

« … Chères dames, au nom du secrétaire général administratif empêché et au nom de mes pairs, membres du personnel administratif de l’Assemblée nationale du Bénin, nous avons l’honneur de nous incliner devant vous, femmes, en cette date, ce jour sacré qui célèbre vos mérites et honore votre rang, comme il eut dû être indiqué de le faire chaque jour, chaque instant. À travers vous, l’hommage que nous voulons dresser est une chanson, une ode, une poésie comme vous l’êtes vous-mêmes, depuis la première d’entre vous, sortie, comme l’énoncent les Saintes Écritures, des côtes d’Adam, homme seul, dans le jardin divin où l’on eût pu pourtant penser que rien ne pouvait lui manquer ; rien, eût-on pu penser, entre le parfum enivrant des fleurs et de leurs feuillages dansant sous la mélopée du vent doux,, du zéphyr; rien entre ce parfum, cette mélodie, la cadence chaloupée des papillons drapés de leurs manteaux chatoyants à voltiger d’une fleur vers une autre…mais Dieu eut l’idée de déceler, qu’au milieu de cette flore aux mille couleurs, et de sa faune chantonnant, il manquait à l’homme, il manquait à Adam, une autre fleur, un autre souffle, une voix qui apaise, une main qui adoucit, un regard qui enflamme. Et Dieu dit: il n’est pas bon que l’homme soit seul. Endormons-le, et de sa côte, créons-lui une femme. Créons une femme! Or, qu’est-ce que créer une femme? Créer une femme, c’est adoucir le coeur de l’homme ; c’est apaiser ses soupirs ; c’est transformer ses émotions ; c’est promettre à la vie qu’elle ne cessera plus d’être. Et j’entends ici encore, les Écritures Saintes proclamer : celui qui trouve une femme, trouve le bonheur. Chères dames, chères collègues, en ce jour, le Parlement béninois s’honore de vous commémorer. À travers vous, nous commémorons la femme moderne, travailleuse, professionnelle, engagée et dévouée ; mais nous célébrons aussi vos sœurs, femmes rurales, commises à des tâches ardues, debout comme vous, à 5h du matin, sur le champ de la vie, là où on s’ébroue pour construire, pour nourrir, pour appuyer la famille. À travers vous, nous célébrons, la femme politique, mais nous célébrons aussi la mère, l’épouse, la fille, toutes ces personnes chères à nous, chères à l’homme, chères à la société, comme facteurs de régulation de la vie, comme soutien, comme espoir.. À travers vous, nous voulons commémorer l’humain, cet humain tout particulier qui est la femme aux mille mains, commises aux tâches domestiques, à l’éducation des enfants, au bien-être de la famille, cumulativement avec ses charges professionnelles et sa mission sacrée d’épouse… À travers vous,nous célébrons la mère w celle qui donne la vie, et même, hélas, quelquefois, perd la vie en la donnant. À travers vous, nous célébrons, le plus grand nombre des humains, mais aussi, cette catégorie sociale particulière qui travaille, souffre et cependant, jamais ne renonce. Et aujourd’hui, au nom de tous les collègues, nous vous prions d’accepter notre reconnaissance infinie. »

Propos recueillis par Hermann OBINTI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite