FEBERUGBY : Un nouveau vent se lève

L’opinion publique nationale est informé depuis quelques semaines des manigances de certains acteurs véreux avec à leurs têtes Faustin DAHITO, qui veulent à tout prix pousser le rugby béninois dans les abîmes. DAHITO qui n’a plus rien à prouver, tant son bilan négatif parle pour lui.

L’homme aura pendant quatre années dirigé la Fédération Béninoise de Rugby selon ses intérêts et quelques acteurs regroupés autour de lui pour plonger le rugby dans une léthargie mais aussi pour siphonner le peu de ressources à leur disposition par les partenaires et le ministère.

90 millions ! C’est montant révéler par le rapport financier sous la gouvernance DAHITO, un chiffre qui suscite stupeur et colère au sein de l’ovalie béninois. Pour la jeune fédération qu’elle est, cette cagnotte devrait en quatre ans faire du Rugby béninois un modèle de bonne gouvernance, de progression. Mais le constat est alarmant: C’est une dette de près de 5 millions, un siège aux allures de magasin à ballons sous les gradins du stade René Pleven, un seul championnat à XV inachevé sur 4 ans, 8 journée de compétitions à VII en 4 ans, 0 formation fédérales en 4ans, un refus d’affiliation des clubs alors qu’on prône l’expansion du Rugby, le vol et la confiscation des médailles d’argent remporté en 2017 au Ghana par l’équipe nationale senior, les primes impayés des joueurs des sélections senior et junior, l’inexistence d’organisation et d’accompagnement du rugby féminin. Une ordonnance de suspension du meilleur club du Bénin depuis une décennie, une ordonnance d’affiliation de Buffle RC de Parakou en contradiction avec les textes de la fédération, des ordonnances illégales car les textes stipulent que ces décisions sont du ressort d’une Assemblée Générale.

Quelques acteurs de ce sport se croyant tout puissant grillent les règles qui régissent la fédération, et empêchent l’organisation d’élections équitables, au mépris de la majorité qui réclame un changement. Changement pour avoir été maltraité par les décisions soliste d’un président (Faustin DAHITO) qui ne pourrait citer les 5 premières règles du Rugby dans le bon ordre, citer 5 noms de joueurs de l’équipe nationale, tenir un débat technique cohérent d’une quinzaine de minutes sur le Rugby. Ce même président qui pour ces propres ambitions politiques força l’organisation de la phase finale du championnat national de rugby à VII à Sêtô (Djidja), son village natal. Il a empêché l’envoi d’une quelconque commission sur le terrain pour réaliser des études de faisabilité. Au final, la compétition s’est déroulée sur un terrain d’une école en pleine brousse avec un terrain en pente, des joueurs dormant sur des tables de salle de classe, de l’akassa avec du piment au menu, des joueurs faisant leurs besoins dans la broussaille, le manque d’eau, etc… Petite précision ce championnat organisé en 2018 chez lui avait été remporté par HIRONDELLE RC, qui fait aujourd’hui les frais du jeu politique du président. Ce n’est qu’un exemple du piteux état dans lequel DAHITO a tenu le Rugby béninois pendant ces quatre dernières années. “Plus jamais ce genre de chose dans notre pays”, c’est le Slogan d’une grande majorité des clubs du Bénin, qui ne demandent que le rugby soit rendu aux vrais acteurs.

Gestion sans ambitions, sans projet, ni programme, c’est la spécialité de l’homme qui ce jeudi 1er octobre a organisé une Assemblée Générale en son honneur puisqu’il n’a pas eu d’opposition, le tout puissant président écartant tous ces adversaires. A aucun moment, il n’a pris la peine de présenter un programme témoignant de ces ambitions pour le Rugby. Et puisque les maintes tentatives pour ramener l’homme à la raison n’ont été concluantes, les acteurs réunis en bloc ont demandé l’organisation d’une Assemblée Générale inclusive digne du nom. C’est ainsi que les convocations et le communiqué sont sortie annonçant l’AG de la vraie FEBERUGBY ce dimanche 04 octobre 2020 à partir de 10h à Porto-Novo.

Le rendez-vous est donc pris pour ce dimanche afin de mettre fin à la pagaille, remettre le Rugby béninois sur les rails. C’est donc un nouveau vent qui soufflera à la FEBERUGBY, celui du changement.

Sylvanus ADIGNON

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 − 22 =


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite